Archive for the ‘Trois-Rivières et la Mauricie’ Category

Le bon reflexe LCN (et TVA)

Vendredi, février 1st, 2013

On en apprends des affaires au réseau de télévision TVA. La plus récente est que la rivière St-Maurice qui coule sur la rive-nord du fleuve passerait également à Victoriaville… située sur la rive-sud.

Pas assez bon pour TR, mais assez pour Victo?

Samedi, mars 31st, 2012

Le maire de Trois-Rivières a déjà dit que sa ville ne rapièçait pas les trottoirs avec de l’asphalte parce que ça donnait une mauvaise image du centre-ville.

Pourtant, c’est la norme à une heure de route de là, soit à Victoriaville, où souvent même les réparations faites à l’asphalte manquent sur les trottoirs et dans les rues. Je peux comprendre que des travaux à la borne-fontaine (photo de gauche) ont crée un manque, mais quoi dire de la situation recontrée typiquement dans la municipalité des Bois-Francs (photo de droite)?

Est-ce que ça veut dire que ce qui n’est pas assez bon pour Trois-Rivières l’est pour Victoriaville?

Remarquez aussi que sur la photo de gauche, la borne-fontaine porte toujours une étiquette orange indiquant qu’elle est toujours hors-service. Une chance que la rivière est proche, parce qu’elle va être utile en cas de feu…

boulevard Jutras Ouest à Victoriaville

P.S. J’ai essayé de retrouver la source exacte de la citation du maire de Trois-Rivières, mais sans succès. Si quelqu’un l’a, il est invité à la partager. Merci.

Trop de détails?

Lundi, février 8th, 2010

Ca a beau être dans un attraction connue de Bruxelles, mais dans ce cas-ci, c’est plutôt utilisé dans un but décoratif ou esthétique. Est-ce que ça ne serait pas un peu trop explicite dans les détails pour montrer ce que c’est et ce qu’on y fait?

Manneken Pis

Abbréviation étrange

Mercredi, novembre 25th, 2009

Étrange façon d’écrire l’abbréviation de boulevard…

blv. des Hêtres et rue Trudel, Shawinigan

Pourquoi les autos ont deux « wipers »?

Lundi, août 17th, 2009

Selon la police de Trois-Rivières, c’est pour donner deux fois plus de tickets!

Why the cars have two wipers? According to the Trois-Rivieres cops, it is to get twice more tickets!

2 wipers, 2 tickets

Confusion?

Mardi, juillet 28th, 2009

Un comique décide de faire de l’argent en vendant des places de stationnement et s’affiche un peu partout. Le problème, c’est qu’il pointe la direction de son terrain à l’envers d’un sens unique.

One Way - Sens unique

Promotion 33% de rabais sur les phallus en plastique!

Dimanche, février 8th, 2009

Je ne sais pas, si ce n’est que ma perception, mais n’est-il pas étrange de voir ce type de jouet phallique annoncé à rabais sur le bord des autoroutes? La scène se situe sur le bord de l’autoroute 40 Est à Cap-de-la-Madeleine.

vibro promo

Air brush

Egalement, faire faire du « air brush » sur une modèle d’auto laid de nature ne corrige pas vraiment la situation. Comme quoi, deux négatifs ne font pas un positif dans ce cas-ci. Le pire, c’est que celui qui a fait le airbrush ose s’annoncer sur le côte du pare-choc arrière. Je n’ai vraiment rien contre la créativité et les arts, c’est seulement que des fois, ça ne fonctionne simplement pas.

Pontiac Aztek

Le mauvais service de Future Shop

Dimanche, décembre 28th, 2008

Si au Canada, il y a bien un chaine de magasins qui est bien sur le déclin sans cesse, c’est bien Future Shop. Lorsque l’entreprise de la région de Vancouver s’est installée dans l’Est du pays, elle a soulevé plusieurs vagues dans le monde commercial par son grand inventaire meilleur marché en électronique et en divertissement. Toutefois, il semble que son acquisition par l’américaine Best Buy ne lui convienne pas.

De mois en mois, le respect et la qualité service se détériorent continuellement jusqu’au point d’en avoir un site internet dédié à ce sujet (www.futureshopsucks.com) et d’en faire la manchette dans les médias. Sauf information contraire, aucune autre chaine d’électronique n’a provoqué la création de son équivalent d’un tel site. La dernier chapitre connu étant l’obligation de faire la « danse du bacon » par les employés retardataires de la succursale de Gatineau. Par ailleurs, le refus de danser a valu un congédiement au moins un employé.

Pourtant, l’humiliation des employés n’est pas chose unique. Le 6 décembre dernier, j’ai été témoin d’une telle situation où le gérant de la nouvelle succursale de Drummondville démontrait son peu de respect d’autrui et de professionnalisme en engueulant sans gène un employé en plein magasin bondé de clients.

C’est d’ailleurs ce même gérant arrogeant, un certain Yan, qui se cache derrière des justifications questionnables et des clauses ambigues de la Politique de bas prix de son employeur pour éviter de donner raison à la clientèle. Est-ce que c’est surprenant qu’il envoie paître sa clientèle, celle même qui le fait vivre? Que signifie réellement des expressions creuses comme « période limitée » ou « vérifier l’offre de la compétition »? Comment justifier que la circulaire d’un magasin concurrent ne suffit pas à démontrer et prouver l’offre des compétiteurs? Est-ce qu’un confirmation par téléphone du prix par le concurrent est réellement nécessaire au processus ou c’est plutôt une technique pour espèrer que l’autre magasin va le protèger d’une perte d’argent en ne collaborant pas avec lui? Aussi, si les prix pour une « période limitée » sont exclus, est-ce que ça signifie que tout les spéciaux sont exclus automatiquement, puisque ce n’est pas le prix régulier?

Dans la même lignée d’idée, est-ce que c’est normal d’exiger de faire payer seulement par la carte de crédit du magasin l’achat d’une télévision ou d’un cinéma maison quand le client veut payer en argent? Ca aussi, je l’ai dejà vu (il y a quelques mois à Trois-Rivières-Ouest). Une vérification de la légalité de cette situation serait pertinente.

Il n’y a pas que les achats qui sont trop souvent compliqués chez Future Shop, les retours et les réparations sous garantie. On épargnera l’aspect de l’informatique dont ses horreurs qui mériterait un livre à lui-seul. Par exemple, si on prend le cas de faire réparer une caméra sous garantie, cela demande beaucoup de perspicacité et de patience, puisque le personnel semble avoir un mot d’ordre d’être peu réceptif à ces demandes. Par la suite, la réparation faite en sous-traitance dans un quelconque centre de réparation de la région de Toronto prends aisément plus de 8 semaines à être effectuée. Ca signifie deux mois sans le produit et deux mois qui s’écoule sur la garantie sans pouvoir profiter du produit. Quand ce dernier revient, il n’y a aucune assurance de l’état comme on va le retrouver. Dans mon cas, une pièce a belle et bien été remplacée lors de la réparation, mais l’ajustement est plus mauvais qu’au moment où la caméra était endommagée. Renvoi de la caméra à Toronto (avec les preuves très évidentes sur des photos pareilles de deux caméras différentes sur cd à l’appui) pour la recevoir « rapidement » (environ 6 semaines) avec une note écrite dans un très mauvais anglais où il est indiqué que la situation était normale à leur yeux. Est-ce que leur garantie anti-citron sur leurs produits vendus avec garantie prolongée s’applique aussi à leurs réparateurs?

Cherchez l’erreur (2)

Vendredi, août 22nd, 2008

Cherchez l’erreur:

Cherchez l\'erreur

Les courses et loteries

Samedi, août 16th, 2008

Le Grand Prix de Trois-Rivières (GP3R) se tient cette fin de semaine-ci. Bien qu’analysé sur une période limitée (Soit l’ennuyante course de la série Canadian Touring Championship; des simples autos de street racing qui tournent sur un circuit fermé.), il est triste de voir des lacunes aussi importantes pour un événement qui veut prendre autant de place. Pourtant, il suffit de si peu pour changer radicalement ces faiblesses en attraits.

Vouloir et savoir accueillir

Certains bénévoles semblent avoir beaucoup de difficulté à vivre avec la pression de travailler avec le public. C’est dommage de les voir crier pour rien après les spectateurs, car ils ne sont pas le reflet de la région et c’est quand même leur mauvaise image qui va réfleter la Mauricie à l’extérieur.

Paradoxalement, juste à quelques pas, l’intérieur du Ludoplex de l’hippodrôme est d’une beauté remarquable et de loin supérieur au style criard des casinos. Le jeu n’est pas une passion dans mon cas, mais je dois admettre que l’endroit vaut le détour. Le pire, c’est qu’il cherche autant bien que possible à attirer des joueurs. Le fait qu’il opère dans l’hippodrôme et que le regroupement de ceux-ci a fait failite n’aide en rien, car il envoie le message erroné que c’est fermé. Pourtant, même si une bonne partie du dossier légal de la faillite est reglé, les tables électroniques de poker et autres jeux de hasard sont bel et bien disponible.

A quand, Loto-Québec allumera sur le fait qu’il faut concentrer les loteries dans ces ludoplex, hippodromes, casinos et autres kiosques de loteries plutôt que de continuer de causer de sevères effets laxatifs sur la clientèle qui doit attendre à après les caprices de certains joueurs de loterie dans les épiceries, pharmacies, stations-service et autres dépanneurs. On ne peut pas faire son épicerie, mettre de l’essence dans sa voiture ou acheter de la pâte à dents en pharmacie sans devoir subir la petite vieille qui faire vérifier ses 50$ de billets dans la machine ou le monsieur qui ne sait pas quoi choisir entre un troisième billet de Poule aux oeufs d’or ou un quatrième Loto-Bingo.

Les cigarettes ont été retirées des pharmacies, car elles ont été marquées mauvaises et créant des dépendances. De même avec l’alcool qui est contrôlé principalement dans un société d’état (SAQ) contrairement à certains états américains et provinces canadiennes. (Dejà là, concentrer le monopole gouvernemental sur les loteries dans une société d’état reservé à une clientèle adulte sera deja plus logique que ce qui se fait présentement.)

Vouloir et savoir communiquer

De plus, le site internet du Grand Prix, bien qu’ayant un design raisonnable, manque de facilité de navigation et les données importantes sont difficiles à trouver. La « homepage » et ses menus sont simplement décousus et à refaire, si on veut éviter de la confondre avec n’importe quelle page MySpace. Entre les gros trous entre les items, on ne veut pas savoir comment ils accréditent ou pas les journalistes, mais comment se trouver des billets, à quel prix et quelles courses sont présentées et à quelle heure? Les journalistes et les bénévoles, une minorité des publics visés, sont habitués de chercher un peu ce qui les concerne et justement ce qui ne concerne pas les autres qui cherchent des infos générales. C’est à douter que la conception de ce site aille réellement été planifiée. Comment voulez-vous attirer convenablement des gens de l’extérieur (et leur argent neuf), si le premier contact qu’ils ont avec vous est lamentable.

Vouloir et savoir innover

D’un autre côté, il faut des séries pour tout les goûts, mais pourquoi ne pas ajouter des courses de muscle cars ou de véhicules spécialisés? Un peu de recheches sur Google semble indiquer qu’il n’y a pas de série organisée de courses de muscle cars. Pourtant, s’il y a bien un type d’autos conçu pour la perfomance, outre les Honda Civics des kids nocturnes de tout les parcs industriels et cours de centres commerciaux. Aussi, pourquoi ne pas faire courir des véhicules spécialisés. Disons des courses de remorqueuses, d’ambulances, de camions de pompiers ou de poubelle? Après tout, il y a bien des courses traditionnelles de camions et les jeux olympiques sont remplis de sports inventés articiellement et douteux… Pire que ça, ce printemps, justement un camion à déchets a été surpris à faire une course de rue à Goderich (Ontario).

A quand des courses de camions de poubelle?
A quand des courses de camions à ordures?